CHIENS DE GUERRE

Les animaux ont toujours été utilisés par les armées en temps de guerre.
Le dobermann est bien connu pour son travail avec les forces armées. Grâce à sa grande intelligence et sa vigilance, le dobermann était facilement formé comme chien de garde.
L'Allemagne a créé en 1884 la première école militaire organisée pour la formation des chiens de guerre à Lechernich, près de Berlin, et en 1885 a écrit le tout premier manuel de formation militaire pour les chiens de guerre.
Les Allemands utilisèrent le Dobermann pendant le conflit de 1914-18.
En 1914, les allemands avaient 6000 chiens en service, soit doberman ou shepard. Les chiens pouvaient avoir diverses missions comme estafettes, munitionnaires, mais également comme sentinelle et possédaient leurs propres tranchées d'observation. Il était nécessaire de fournir aux chiens comme aux soldats dans les tranchées des masque anti-gaz
La première guerre mondiale dégénère en une longue bataille d'usure avec les hommes vivant dans les tranchées.
Les chiens ont été idéals dans cet environnement hostile fait le plus souvent de boue, de cratères et de fils barbelés.
Les chiens sont de petite taille et rapides. Ils peuvent sauter au dessus des obstacles (fils barbelés), et courir à travers la boue qui piégerait un homme adulte.
Les chiens ont réussi à effectuer des livraisons de médicaments, de cigarettes, et le plus important des messages.
Les chiens ont également été formés pour trouver les soldats blessés dans le no man's land (partie entre les tranchées ennemies), de nombreux soldats leur doivent la vie.
Les chiens payèrent un lourd tribu, beaucoup furent tués.
Les chiens étaient une cible de choix, en particulier les chiens de messagerie.


L'entre deux guerre :
L'expérience en Allemagne avec les chiens militaires pendant la Première Guerre Mondiale a mené le gouvernement américain à établir une organisation qui serait impliquée dans la multiplication des chiens et dans l'entrainement des chiens militaires.
Dès 1935, les marines étaient intéressés par des chiens de guerre. Ils avaient été confrontés aux chiens sentinelle de leurs ennemis utilisés à Haïti et en Amérique Centrale où les chiens jalonnaient autour des camps de guérilleros dans la jungle et déclenchaient l'alarme à l'approche des marines.
Les corps de marines ont décidé que le dobermann Pinscher devait être leur chien officiel de combat.
Le Doberman Pinscher Club of America a été approché pour procurer des Dobermanns pour le nouveau service de formation de chien de guerre du corps des marines au camp LeJeune, en Caroline du nord. Sydney A. Moss, président du DPCA, fut d'accord de fournir les dobermanns.
Les chiens des marines ont été appelés "Devildogs", 90% d'entre eux étaient des dobermann Pinschers la plupart du temps recrutés par les efforts du DPCA. Il y avait également quelques bergers allemands.
Au camp lejeune, les recrues canines étaient tatouées dans l'oreille droite. Les chiens avaient chacun leur livret de service où l'on enregistrait leur nom d'appel, leur race, la date de naissance et la date d'enrôlement. Des notes ont été gardées sur le type de formation reçues par les chiens et leur qualification pour chaque type de travail, tel que l'obéissance, la messagerie, et le travail spécial.
Les dobermanns passaient des examens complets et étaient examinés pour la tractabilité, la timidité, et l'agressivité. Les chiens qui ne passaient pas les essais pour une raison ou une autre étaient renvoyés à leur maison.
Les chiens apprenaient à camper, nager, ramper, venir, ou rester sur des commandements de voix et des signaux de bras et de main. Pendant cette formation, on ne permettait à aucuns marines de molester ou de jouer avec le chien d'un autre marines. Après la formation de base quand les chiens étaient bien endoctrinés, il était possible de faire répondre les chiens par d'autres marines au cas où il était nécessaire de maîtriser un chien en cas d'urgence.
Après la formation de base, les chiens étaient divisés pour une formation spécialisée. On a enseigné aux chiens messager à porter des messages, des munitions ou des approvisionnements médicaux. Ils ont été soumis aux feux des fusils, des mitrailleuses et des explosions pour simuler des situations réelles possibles sur un champ de bataille.
Les scout dog ont été formés pour avertir les troupes de l'approche ou de la proximité de tous les autres humains. Les chiens alertent habituellement la présence des étrangers par l'aboiement. Les chiens des marines furent entrainés à signaler la présence d'ennemis sans aboyer pour ne pas signaler la présence de leur troupe.

La deuxième guerre mondiale : pour agrandir les photos cliquez dessus

Les marines ont débarqué sur Bougainville en 1943. Après que les zones d'atterrissage aient été bombardées, le peloton de chien a été envoyé à terre juste une heure après que les premiers marines aient débarqués sur la plage, sous les coups de mortier lourd et sous le feu des fusils.
Aucune unité protégée par un des chiens n'a jamais été attirée dans un guet-apens par les Japonais ou n'était là lors d'infiltration japonaise. Les marines voulaient toujours le chien et son maitre près d'eux.

Pendant la deuxième guerre mondiale, sept pelotons de chien de guerre ont été formés au camp LeJeune, en Caroline du nord. Tous les pelotons ont servi dans le Pacifique dans la guerre contre les Japonais. Le premier peloton de chien de guerre a servi avec le 2ème RAIDER bataillon sur Bougainville, la Guam, et Okinawa.
Ce peloton était composé de 24 chiens (21 dobermann Pinschers, 1 berger Belge et 2 bergers allemands).

Les 2èmes et 3èmes pelotons de chien de guerre ont vu leur action sur Guadalcanal, Kwajalein, Enewetak, et la Guam.
Pendant les batailles, les chiens ont mené l'avance de l'infanterie, l'exploration de cavernes et ont surveillé des positions. Ils ont fait leur devoir de sentinelle avec la police militaire, jour et nuit aux carrefours des routes.
Ils ont occupé des trous de tirailleur dans les avant-postes la nuit.
Seulement un maitre chien a été tué lors d'une patrouille. Pendant la campagne quatorze chiens ont été tués dans l'action et dix de la Guam sont morts d'épuisement, de maladies tropicales, de coup de chaleur, d'accidents. Ces vingt-quatre chiens ont été enterrés dans le cimetière de Guam.


Leur mémorial :
Le premier dobermann tué, nommé Kurt a été blessé par une grenade japonais. Il fut le premier à être enterré dans ce qui allait devenir le cimetière des chiens de guerre. Au total, 24 chiens de guerre ont été enterrés à Guam. Un mémorial en l'honneur des dobermanns qui ont servi courageusement avec les marines en 1944 dans le pacifique, a été érigé sur la base navale US de l'ile de Guam en 1994 (pour l'anniversaire des 50 ans de la libération de l'ile). C'est un monument de granit sur lequel sont inscrits les noms des chiens et le sort de chacun. Ce monument de granit est surmonté d'une statue de bronze représentant un dobermann, intitulé "Toujours Fidèle", sculpté par Susan Wilner Bahary.
Sur cette vue de face du monument on peut lire les inscriptions:
25 chiens de guerre des marines ont donné leurs vies libérant Guam en 1944. Ils ont servi de sentinelles, messagers, scouts. Ils ont exploré des cavernes, ont détecté des mines et des pièges.
TOUJOURS FIDELES
Kurt Yonnie Koko Bunkie
Skipper Poncho Tubby Hobo
Nig Prince Fritz Emmy
Missy Cappy Duke Max
Blitz Arno Silver Brockie
Bursch Pepper Ludwig Rickey
Tam (buried at sea off Asan Point)
Erigé en leur mémoire et au nom des hommes survivants des 2èmes et 3èmes pelotons de marines de chiens de guerre, dont beaucoup leur doive la vie grâce au courage et aux sacrifices de ces vaillants animaux.


Sur cette vue arrière du monument on peut lire les inscriptions:
"Toujours fidèle" a été inspiré par l'esprit de ces chiens héroïques qui personnifie l'amour et la dévotion.
sculpteur: Susan Bahary
Pour honorer l'héritage du travail des dobermanns pinchers, the United Doberman Club dédicace cette statue aux courageux dobermanns pinchers qui ont vaillamment servis pendant la guerre dans le Pacifique.




photos ci-dessus:
1) Chemin menant au mémorial avec les tombes des 25 Dobermans qui ont donné leurs vies là.
2) Piédestal commémoratif au cimetière des chiens de guerre racontant l'histoire de ces chiens